Fenêtres ouvertes

Renaud

Quatrains pour décrire mes matins

Par un beau matin, je sentis sur mon visage,

L’air frais des matins de printemps,

Un bus passa, transportant des gens du voyage,

Le chant des oiseaux. Des rires. Un faux miaulement.

La classe part en un ricanement, 

Bientôt estompé par l’écoulement de l’eau,

Gracieux, aussi splendide que le temps,

Aussi vif, et plus voluptueux qu’un halo.